BRICS

ISSR articles

BRICS

ISSR articles

The International Social Security Review is the leading international journal on social security, and ISSA members have free online access. Below is a selection of articles relevant to the BRICS countries.

 

Pensions sociales et apprentissage en matière de politiques publiques: l'exemple de l'Afrique du Sud

Auteurs:
Bernard H. Casey
Roddy McKinnon

Numéro:
Volume 62 (2009), numéro 4

Depuis une dizaine d'années, en particulier depuis la publication des Objectifs du Millénaire pour le développement, les régimes de retraite sociaux suscitent l'intérêt des acteurs qui se préoccupent du bien‐être des personnes âgées dans cette grande partie du monde où les régimes de prestations de vieillesse formels, financés par des cotisations, ne couvrent qu'une minorité de la population. Les organisations internationales ont porté leur attention sur ces régimes et certaines d'entre elles considèrent qu'ils ont un rôle important à jouer. Toutefois, les informations dont on dispose sur leur nature, leur fonctionnement et leur capacitéà atteindre les objectifs qui leur sont assignés restent limitées. Un processus d'apprentissage s'est engagé, non seulement dans les organisations internationales, mais aussi dans la région où leur rôle est le plus important — l'Afrique australe. Ce processus d'apprentissage doit être encouragé et l'Association internationale de la sécurité sociale a un rôle à y jouer.

Thèmes:
Vieillesse - Pensions
Politiques et programmes sociaux
Mots-clés:
réforme de la sécurité sociale
financement de la sécurité sociale
administration de la sécurité sociale
pauvreté
Régions:
Pays en développement

Dispositions en matière de sécurité économique dans le contexte du vieillissement de la population en Inde

Auteurs:
David E. Bloom
Ajay Mahal
Larry Rosenberg
Jaypee Sevilla

Numéro:
Volume 63 (2010), numéro 3-4

Vu le vieillissement rapide de la population indienne, la migration des régions rurales et la concentration continue de la population active dans le secteur informel, il est nécessaire de prendre des mesures concrètes afin d'assurer la sécuritééconomique des personnes âgées. Ces dernières courent, d'ailleurs, un risque accru d'être pauvres ou de tomber dans la pauvreté en raison de l'effritement des liens familiaux traditionnels qui sont essentiels pour leur garantir un minimum de sécurité ainsi que de l'augmentation de la longévité qui entraîne une hausse des dépenses pour leurs soins. Parallèlement aux efforts déployés pour s'attaquer à ce problème, le gouvernement indien et certains Etats de l'Inde ont lancé une série de programmes visant à fournir à la grande majorité des Indiens des services de soins de santé et d'assurance maladie auxquels ils n'ont pas suffisamment accès. Bien que les travailleurs du secteur structuré jouissent d'une plus grande sécurité sociale que ceux du secteur informel, ils ne représentent qu'une faible part de la population active. Les femmes sont, quant à elles, extrêmement vulnérables à l'insécuritééconomique. L'expérience indienne sert de leçon à d'autres pays. Quoiqu'il y ait de la place pour des initiatives privées dans le domaine de la sécurité sociale, force est de constater que la plupart d'entre elles devront être financées par l'impôt. Même si la plus grande partie du financement provient de sources publiques, les prestataires privés jouent un rôle considérable, mais ils seront confrontés à des défis plus importants à mesure qu'un plus grand nombre de personnes demanderont des prestations. L'Inde a également montré que les Etats peuvent souvent mener à bien la mise en œuvre de mesures financées par le gouvernement central, avec bien sûr des avantages et des inconvénients propres à une telle décentralisation. Enfin, la pratique indienne peut éclairer des questions comme le ciblage, l'utilisation des technologies de l'information dans les systèmes de sécurité sociale et la gestion des ressources humaines.

Thèmes:
Vieillesse - Pensions
Extension de la couverture
Mots-clés:
risque vieillesse
prestations de vieillesse
soins médicaux
administration de la sécurité sociale
aspect démographique
Pays:
Inde

La Fédération de Russie face aux défis du vieillissement et de la sécurité sociale dans un contexte de crise démographique

Auteurs:
Nicholas Eberstadt
Hans Groth

Numéro:
Volume 63 (2010), numéro 3-4

Le présent article porte sur la crise démographique que traverse la Fédération de Russie et analyse ses conséquences sur la capacité des autorités russes (ou du peuple russe, à travers ses propres efforts) à créer suffisamment de ressources financières pour garantir une sécuritééconomique satisfaisante aux personnes âgées. Dans l’ensemble, la structure démographique de la Russie est similaire à celle d’autres sociétés de régions plus développées. Or, les obstacles auxquels le pays est et sera confronté dans les décennies à venir sont beaucoup plus difficiles à surmonter que ceux auxquels se heurtent la plupart des membres de l’OCDE pour pourvoir aux besoins d’une population qui vieillit. Le problème est notamment compliqué par le fait que les Russes en âge de travailler ont une santé beaucoup plus précaire et une mortalité nettement plus élevée que leurs homologues vivant dans des pays qui ont un niveau de revenu similaire — voire plus faible. Bien que l’analyse présentée ici porte sur les pensions, les raisons pour lesquelles il va être difficile de garantir des pensions adéquates vont entraîner des difficultés tout aussi importantes dans d’autres domaines de la protection sociale. Par conséquent, la réussite de la politique conduite par la Russie en matière de sécurité sociale ne dépend pas exclusivement de la mise en œuvre de programmes sociaux. Elle suppose aussi de réduire les taux de mortalité au sein de la population en âge de travailler, de redynamiser l’enseignement supérieur et de réformer en profondeur les institutions et les politiques économiques du pays.

Thèmes:
Vieillesse - Pensions
Changement démographique
Politiques et programmes sociaux
Mots-clés:
aspect démographique
risque vieillesse
état de santé
politique sociale
Pays:
Russie, Fédération de

Les micropensions en Inde: enjeux et défis

Auteurs:
Savita Shankar
Mukul G. Asher

Numéro:
Volume 64 (2011), numéro 2

Le présent article porte sur les micropensions dont, sans être les seules, les institutions de microfinance (IMF) sont les principaux promoteurs. Il tente ainsi de combler une lacune de la littérature sur la sécurité sociale en Inde. L'analyse montre que, du fait qu'elles ciblent un public hétérogène, les micropensions doivent être volontaires et portables et que diverses solutions pourraient être testées tant en ce qui concerne leur conception que leur distribution. C'est pourquoi les régimes de micropension décentralisés, fonctionnant dans le cadre d'une réglementation adaptée et dans le respect du principe de bonne gouvernance, semblent plus adaptés au contexte indien que des régimes centralisés et plus rigides. Cet article présente ensuite brièvement deux études de cas portant sur des régimes de micropension récemment mis en place en Inde. Il montre la nécessité de réaliser des analyses rigoureuses sur le secteur des micropensions, notamment en ce qui concerne les modes de sortie et la mise au point de mécanismes de distribution innovants. Il conclut que les micropensions pourraient constituer l'une des composantes les plus utiles du système de sécurité sociale à plusieurs piliers de l'Inde et qu'il convient de les promouvoir.

Thèmes:
Vieillesse - Pensions
Extension de la couverture
Mots-clés:
régime de pension
méthode de financement
recouvrement des cotisations
paiement des prestations
Pays:
Inde

Protection sociale et prévention sanitaire dans les pays en développement: apprécier l'impact des pensions et de l'assurance‐maladie sur la santé

Auteurs:
Peter Lloyd‐Sherlock
Nadia Minicuci
John Beard
Somnath Chatterji

Numéro:
Volume 65 (2012), numéro 4

Dans cet article, nous évaluons dans quelle mesure le versement de pensions et l'assurance‐maladie permettent de prévenir les problèmes de santé au sein de la population âgée des pays en développement. Nous avançons que, jusqu'à une période récente, les grandes orientations définies en matière de protection sociale n'accordaient pas suffisamment de place à la prévention des risques pour la santé, donnant la priorité à la réduction de la pauvreté monétaire au moyen de transferts monétaires. Nous montrons que les responsables de l'action publique ne doivent pas partir du principe que l'octroi d'une pension de retraite se traduit systématiquement par une amélioration de l'état de santé des personnes âgées parce que peu de données valident ce postulat. Nous examinons ensuite les effets de l'extension des régimes d'assurance maladie aux personnes âgées sur leur santé, en nous intéressant plus particulièrement à l'hypertension. Nous indiquons, en nous appuyant sur de nouvelles données relatives au Ghana, au Mexique et à l'Afrique du Sud recueillies par l’Organisation mondiale de la santé, que les personnes âgées couvertes par une assurance‐maladie n'ont guère plus de chances que leurs homologues non assurées d'être conscientes de souffrir d'une affection comme l'hypertension et de bénéficier d'un traitement efficace. Néanmoins, qu'elle soit ou non couverte par une assurance‐maladie, la grande majorité de la population âgée atteinte d'hypertension ne bénéficie pas d'un traitement efficace. Ces difficultés d'accès aux soins sont davantage liées au fait que les personnes âgées n'ont pas conscience de leurs problèmes de santé et à des carences au niveau de l'offre de soins plutôt qu'à des obstacles financiers. Par conséquent, dans les pays en développement, notamment dans les zones rurales, les régimes de retraite ou d'assurance‐maladie ne peuvent induire une amélioration de l'état de santé des personnes âgées que s’ils s’accompagnent de programmes d'éducation pour la santé et de dépistage, et si l'offre de soins est adaptée. De surcroît, ces mesures doivent faire partie intégrante des stratégies de protection sociale classiques et non être conçues comme complémentaires de ces stratégies. Or, dans la pratique, la protection sociale et la promotion de la santé sont encore considérées comme des sphères presque entièrement distinctes l'une de l'autre, si bien que la mise au point de mesures globales se heurte à d'importantes barrières institutionnelles.

Thèmes:
Santé
Vieillesse - Pensions
Mots-clés:
risque vieillesse
risque maladie et promotion de la santé
état de santé
médecine préventive
relations entre les branches d'assurance sociale
protection sociale
Régions:
Pays en développement

Le système de santé de la République populaire de Chine: entre privatisation et système public de santé

Auteurs:
Dongmei Liu
Barbara Darimont

Numéro:
Volume 66 (2013), numéro 1

Ces dernières années, la Chine a réformé sa politique de santé à de multiples reprises. Ces réformes ont souvent fait émerger de nouvelles difficultés, qui ont nécessité d'autres changements. La dernière réforme en date tente de trouver un moyen terme entre un modèle reposant sur la fourniture de soins par le secteur public et un modèle fondé sur l'assurance individuelle privée. La Chine emboîte ainsi le pas de pays qui, après avoir, dans les années 90 et au début du XXIe siècle, renforcé la place du secteur privé dans leur système de santé, s’orientent aujourd'hui vers un système de santé public. Toutefois, ces réformes incessantes ont conduit à un manque de transparence du fonctionnement du système de santé et, par conséquent, à une perte de confiance du public. Bien que de nombreuses incertitudes demeurent quant à la direction dans laquelle le système de santé chinois va évoluer, il est possible qu'un financement hybride, associant financement par l'impôt et assurance sociale, s’impose et constitue un modèle dont d'autres pays pourraient s’inspirer.

Thèmes:
Santé
Politiques et programmes sociaux
Mots-clés:
assurance‐maladie
accès aux soins
qualité des soins
consommation de soins de santé
Pays:
Chine

Les prestations de chômage sont-elles équitables? L’expérience de l’Asie de l’Est

Auteurs:
Gyu-Jin Hwang

Numéro:
Volume 72 (2019), numéro 2

Bien que les mesures actives du marché du travail occupent une place grandissante, les prestations de chômage demeurent au cœur des dispositifs de protection de l’emploi. Dans cet article, l’auteur prend l’exemple de quatre économies d’Asie de l’Est – Chine, République de Corée, Japon et Taïwan (Chine) – dotées de systèmes de protection sociale souvent considérés comme fortement orientés vers le développement et le productivisme, et examine si, comme on l’avance parfois, les prestations de chômage qu’ils versent sont restrictives et peu inclusives. Pour ce faire, il analyse la logique sur laquelle repose l’élaboration des dispositifs d’indemnisation du chômage et avance qu’ils sont en réalité progressistes dans leur conception et équitables du point de vue des prestations servies. Néanmoins, la faiblesse de la couverture effective et le montant peu élevé des prestations les empêchent d’atteindre pleinement leurs objectifs de redistribution et d’indemnisation.

Thèmes:
Emploi
Mots-clés:
prestations de chômage
Régions:
Asie orientale
Pays:
Chine
Japon
Corée, République de
Taiwan, Chine

Politiques fondées sur les droits humains en matière de services à la personne: l’expérience de l’Amérique latine

Auteurs:
Valeria Esquivel

Numéro:
Volume 70 (2017), numéro 4

En Amérique latine, les politiques de services à la personne font partie des priorités des pouvoirs publics. Si cette situation s’explique entre autres par les caractéristiques structurelles de la région, qui, comme tous les pays à revenu moyen, voit l’espérance de vie s’allonger et le taux d’activité des femmes augmenter, elle est aussi liée à une politisation des services à la personne, induite par une reconnaissance de ce que la répartition inégale de l’offre de services à la personne est un puissant vecteur d’inégalités entre hommes et femmes et d’inégalités de revenu. Les mouvements en faveur des droits des femmes ont également érigé cette problématique au rang de priorité, et les Etats ont, à des degrés divers, réalisé des progrès en ce qui concerne la mise en œuvre de politiques de services à la personne, s’appuyant à cette fin sur un ambitieux programme de promotion de l’égalité entre les genres, qui repose lui-même sur une conception de la protection sociale fondée sur les droits humains. Cet article décrit les «systèmes de services à la personne» en place en Uruguay et au Costa Rica pour illustrer l’approche fondée sur les droits humains adoptée en la matière par l’Amérique latine. Il présente succinctement leur évolution politique et institutionnelle, ainsi que les principales caractéristiques du cadre juridique sur lequel ils reposent. Il s’attarde en particulier sur les acteurs qui se sont mobilisés pour les soutenir et, finalement, les concevoir. Il identifie également les dimensions que retiennent les autres pays lorsqu’ils cherchent à les reproduire et à les adapter pour créer leurs propres «systèmes de services à la personne» sur la base d’une approche fondée sur les droits humains. En conclusion, l’article recense les obstacles auxquels se heurte la mise en œuvre de ces systèmes.

Thèmes:
Santé
Politiques et programmes sociaux
Mots-clés:
prestations de soins
personnel soignant
politique sociale
genre
Régions:
Amérique latine
Pays:
Costa Rica
Uruguay

La mise en œuvre d’une politique sociale transformative fondée sur les droits en Asie du Sud et du Sud-Est

Auteurs:
Gabriele Koehler

Numéro:
Volume 70 (2017), numéro 4

L’idée que la protection sociale doit être fondée sur la notion de droits est un principe normatif de la politique sociale transformative. Cela signifie que la politique sociale doit être universelle, en ce sens qu’elle constitue un droit ouvert de manière catégorielle à toutes les personnes qui se trouvent dans une situation définie ou à tous les citoyens ou encore, dans sa version la plus radicale, à tous les résidents, indépendamment de leur citoyenneté. Pour être transformative, la politique sociale doit aussi s’attaquer aux causes profondes des inégalités et des injustices sociales. Depuis peu, plusieurs approches inspirées de la notion de politique sociale universelle fondée sur les droits sont apparues dans certains pays d’Asie du Sud et du Sud-Est. Il semble donc qu’un «tournant social» se soit produit, en d’autres termes une évolution vers des idées et politiques qui donnent la priorité aux questions sociales. Dans les exemples analysés par l’article (Inde, Myanmar, Népal, Pakistan et Thaïlande), cette évolution vers une conception universelle, fondée sur les droits, des services et transferts sociaux a une origine politique et a eu lieu à la faveur de changements de gouvernement – le tournant est né d’une contestation. Actuellement, ces pays en subissent le contrecoup politique, le processus démocratique et la société civile étant gravement menacés. L’article entend défendre deux idées. Premièrement, la politique sociale transformative, fondée sur les droits, et le tournant social ne s’imposent jamais de manière automatique: ils sont toujours le fruit d’une contestation, qu’il s’agisse d’une contestation de l’électorat ou des groupes qui défendent ses intérêts, ou d’une compétition entre partis politiques. Deuxièmement, les droits acquis et les mouvements de transformation peuvent être réduits à néant. Face au retour en arrière actuellement observé sur la scène politique mondiale, il est important de défendre une politique sociale transformative, fondée sur les droits, et de lutter pour qu’elle s’impose.

Thèmes:
Politiques et programmes sociaux
Mots-clés:
politique sociale
changement social
aspect politique
aspect juridique
Pays:
Inde
Myanmar
Pakistan
Thaïlande

La confiance renforce-t-elle le consentement à payer des impôts plus élevés pour aider les plus défavorisés?

Auteurs:
Alena Auchynnikava
Alex Cheung
Nazim Habibov

Numéro:
Volume 70 (2017), numéro 3

A partir d’un échantillon regroupant 29 pays – des pays de l’Europe de l’Est et du Sud, l’ex-Union soviétique et la Mongolie –, cet article étudie l’effet causal de la confiance sur le consentement à payer des impôts plus élevés pour aider les plus défavorisés. Les auteurs postulent que la confiance interpersonnelle augmente ce consentement pour trois raisons: (i) elle accroît la probabilité de venir en aide à des personnes que l’on ne connaît pas; (ii) elle renforce la solidarité et la coopération dans le cadre de la recherche de solutions à des problèmes sociaux communs; (iii) elle réduit la défiance induite par le sentiment que l’argent redistribué peut être mal utilisé. Trois grandes conclusions se dégagent de l’article: premièrement, plus les individus se font confiance mutuellement, plus ils sont disposés à soutenir l’Etat-providence; deuxièmement, cet effet de la confiance sur le soutien à l’Etat-providence existe même dans les environnements caractérisés par un degré de confiance plutôt faible et un système de redistribution relativement peu développé; enfin, une confiance interpersonnelle plus forte a un effet positif sur la morale fiscale et un effet dissuasif sur la fraude fiscale.

Mots-clés:
capital social
planification de la sécurité sociale
Etat‐providence
solidarité sociale
opinion publique
Régions:
Communauté des états indépendants
Europe
Europe orientale
Pays:
Mongolie