Atelier de l’AISS Cône Sud Amériques sur les systèmes de crédit social dans la région

Atelier de l’AISS Cône Sud Amériques sur les systèmes de crédit social dans la région

Des spécialistes venus d’Argentine, du Brésil, du Paraguay et d’Uruguay ont examiné les caractéristiques et la portée des programmes de crédit social mis en œuvre dans leur pays respectif.

L’accès au crédit s’avère souvent complexe pour les bénéficiaires de prestations sociales. Il est fréquent que des personnes mal informées ou confrontées à des besoins urgents soient victimes d’abus de la part d’intermédiaires ou d’institutions financières au moment d’établir les conditions d’un prêt.

C’est la raison pour laquelle de nombreuses institutions de sécurité sociale ont commencé à œuvrer dans ce domaine. Certaines d’entre elles, comme l’Administration nationale de la sécurité sociale (Administración Nacional de la Seguridad Social − ANSES) en Argentine et l’Institut d’assurance sociale (Instituto de Previsión Social − IPS) au Paraguay, se chargent directement de l’octroi des prêts, tandis que d’autres font office d’intermédiaires entre les prêteurs et les bénéficiaires, comme c’est le cas pour l’Institut national de sécurité sociale (Instituto Nacional de Seguridad Social − INSS) du Brésil. Certaines institutions, comme la Banque d’assurance sociale (Banco de Previsión Social − BPS) en Uruguay, cumulent ces deux fonctions.

C’est dans ce contexte que s’est tenu, le jeudi 28 juin, un premier atelier de coopération, au cours duquel des représentants d’organismes de protection sociale d’Argentine, du Brésil, du Paraguay et d’Uruguay ont discuté des différents systèmes de crédit social. Cet atelier était dirigé par Mariano Brener, Coordinateur régional de l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS) pour les Amériques, et d’Alejo Maxit, Secrétaire général de l’ANSES et responsable du Bureau de liaison de l’AISS pour le Cône Sud des Amériques.

Au cours de cet atelier, les experts en la matière ont examiné les caractéristiques et la portée des programmes de crédit social mis en œuvre dans leurs pays respectifs. Les rapports présentés ont montré que l’approche adoptée variait d’une institution à l’autre, de même que les montants et la durée des prêts consentis et les critères d’éligibilité. Ces différences ont contribué à enrichir les discussions entre participants.

Cet atelier a bénéficié de la présence de María del Rosario Oiz Márquez, Directrice de la BPS, d’Edsel González Fariña et de Claudia Martínez Bogado, respectivement Directeur administratif et financier et Directrice des placements au sein de l’IPS, ainsi que d’Eduardo Basso, Coordinateur général en charge de la coopération et des affaires internationales au sein du Secrétariat brésilien de la prévoyance sociale.

L’atelier a également accueilli des représentants de l’ANSES, Patricio Piffano, Directeur général des relations institutionnelles et des relations publiques, Miguel White, Directeur général du programme de crédit social ARGENTA, Gabriela Costa, Directrice du service d’aide aux bénéficiaires dudit programme, et Hernán Bernasconi, Coordinateur des relations internationales.

Une prochaine réunion abordera le thème du système de guichet unique, un dispositif de gestion centralisée récemment introduit dans un grand nombre de pays de la région, qui permet aux bénéficiaires de prestations sociales de réaliser différentes démarches à un seul et même endroit.