International Social Security Review

La contribution vitale de la sécurité sociale à la croissance inclusive et à la cohésion sociale

International Social Security Review

La contribution vitale de la sécurité sociale à la croissance inclusive et à la cohésion sociale

L’International Social Security Review publie un nouveau numéro spécial qui, dans la période singulière que le monde traverse, offre une occasion particulièrement opportune d’analyser la profonde relation entre sécurité sociale, croissance inclusive et cohésion sociale.

Il est de plus en plus admis que 2020 restera dans les annales comme une année désastreuse en matière d’avancées mondiales sur le plan de la réalisation des objectifs de développement économique et social.

À l’échelle de la planète, les effets sans précédent de la pandémie de COVID-19 continuent de s’étendre et se font sentir des aspects de plus en plus nombreux de la vie sociale et économique. Les progrès en matière de croissance inclusive et de cohésion sociale ont notamment faibli dans de nombreux pays.

Néanmoins, il est aussi largement reconnu que la situation aurait été bien plus grave encore sans les interventions des politiques publiques et des systèmes de sécurité sociale en particulier.

C’est pourquoi le numéro spécial 2020 de l’International Social Security Review (vol. 73, no 3) met en lumière la relation de renforcement mutuel qui lie la sécurité sociale, la croissance inclusive et la cohésion sociale.

Croissance inclusive et cohésion sociale

La croissance inclusive et la cohésion sociale sont généralement considérées comme des objectifs politiques utiles et nécessaires pour les économies nationales.

La croissance inclusive désigne habituellement un partage plus équitable des fruits du développement économique dans la société. La cohésion sociale englobe quant à elle de multiples éléments de la société, mais peut être décrite comme impliquant un certain degré de confiance, une identité inclusive et une volonté de coopération.

Au niveau politique, croissance inclusive et cohésion sociale sont des composantes du «contrat social» qui assure l’unité de la société. À l’échelon mondial, ces objectifs majeurs font partie intégrante du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et de ses objectifs.

Il est à l’évidence aussi important de réaliser des progrès durables en matière de croissance inclusive et de cohésion sociale que de garantir la viabilité financière, politique et sociale à long terme des systèmes de sécurité sociale.

Les systèmes de sécurité sociale en tant que stabilisateurs économiques et amortisseurs sociaux

Compte tenu de ce que nous ont appris les précédentes crises mondiales, il était logique que les pouvoirs publics réagissent à la crise de la COVID-19 en mettant davantage à contribution leurs systèmes nationaux de sécurité sociale.

De fait, comme le montre le dossier complet publié par l’observatoire en ligne de l’Association internationale de la sécurité sociale (AISS) sous le titre Coronavirus – Les mesures de la sécurité sociale, dans beaucoup de pays, les programmes de sécurité sociale se sont vu confier pour mission de fournir la protection nécessaire à ceux qui étaient exposés aux risques sanitaires, sociaux, économiques et professionnels engendrés par la pandémie. Pour s’en acquitter, ils ont à la fois adapté le fonctionnement de leurs programmes existants et adopté des mesures d’urgence ad hoc.

Dans l’ensemble, les systèmes de sécurité sociale ont joué un rôle vital parce qu’ils ont agi comme des stabilisateurs économiques et des amortisseurs sociaux essentiels, atténuant les risques qui menaçaient les économies, les marchés du travail et, surtout, les populations vulnérables.

La sollicitation accrue des systèmes de sécurité sociale montre bien que la politique sociale n’est pas un frein au développement économique – qui, au contraire, va de pair avec un développement social durable.

COVID-19, inégalités structurelles et couverture complète de la sécurité sociale 

Bien que beaucoup de systèmes de sécurité sociale aient augmenté leurs dépenses au cours de la période récente, la crise provoquée par la COVID-19 a été d’une ampleur telle qu’elle a porté un coup d’arrêt aux progrès en matière de croissance inclusive et de cohésion sociale. Dans certains pays, il est même possible que l’on assiste à une régression.

Dans le contexte des objectifs de développement durable à l’horizon 2030, la pandémie a aussi mis en évidence les inégalités structurelles qui persistent dans beaucoup de sociétés. Selon l’AISS, ces inégalités se traduisent généralement par un accès limité à la protection sociale. Cette conséquence est particulièrement évidente dans le cas, par exemple, des travailleurs indépendants, des travailleurs ruraux, des travailleurs des plateformes numériques, ainsi que des travailleurs de l’économie informelle qui, à l’échelle mondiale, forment le plus grand groupe ne bénéficiant pas d’une couverture adéquate. Par ailleurs, les inégalités en matière de couverture sociale comportent également une importante dimension de genre. 

L’expérience des mois qui viennent de s’écouler a montré à quel point une couverture sociale complète pouvait contribuer à amortir l’impact des chocs sociaux et économiques sur la société. À l’évidence, nous avons pu constater que l’action de systèmes de sécurité sociale complets ainsi que de régimes de soins de longue durée et de couverture maladie universels, coordonnée avec le déploiement de stratégies préventives en matière de santé publique, de sécurité et de santé au travail et de politiques du marché du travail, avait atténué les effets sociaux et économiques les plus graves de la crise et avait soutenu la consommation globale.

Comme le rappelle Marcelo Caetano, Secrétaire général de l’AISS, «sans systèmes de sécurité sociale complets, nous disposerions de dispositifs beaucoup plus limités pour soutenir une croissance inclusive et favoriser la cohésion sociale».

C’est bien là que réside le défi. Dans un contexte de crise et d’instabilité, l’absence de systèmes complets dans de nombreux pays entrave gravement la capacité des administrateurs la sécurité sociale à offrir des prestations et services qui répondent aux besoins de tous, en particulier des plus vulnérables. Cette absence limite également les options qui s’offrent aux décideurs politiques pour concevoir et déployer des mesures d’urgence novatrices au niveau national, ces mesures étant normalement plus efficaces lorsqu’elles peuvent s’appuyer sur des structures administratives nationales éprouvées.

Un avenir durable pour la sécurité sociale

L’économie mondiale risque de connaître une récession profonde. Ces derniers mois, les systèmes de sécurité sociale ont vu leurs dépenses augmenter et les recettes tirées des cotisations s’amoindrir – sous l’effet de la hausse du chômage, qui s’accompagne pour beaucoup de travailleurs d’une diminution du nombre d’heures de travail et des revenus. La demande de prestations sociales financées par l’impôt a par ailleurs augmenté.

Bien que beaucoup de systèmes de sécurité aient joué un précieux rôle de stabilisation et de protection, leur propre équilibre et leur santé financière ont probablement été fragilisés dans bon nombre de pays. Les finances publiques seront aussi affectées par la crise. Au cours de la période à venir, certaines des réponses politiques dans le cadre du financement durable des systèmes de sécurité sociale incluront l’augmentation des cotisations ou la réduction des prestations, voire les deux. Peut-être faudra-t-il envisager des formes de financement alternatives et innovantes. Selon toute vraisemblance, plus les effets de la crise se prolongeront, plus le besoin de financement des dépenses sociales par l’impôt augmentera, en particulier pour les prestations d’aide sociale. À cet égard, même s’il existe un risque réel d’assister à la mise en place de mesures d’austérité, il faudra, au nom de la croissance inclusive et de la cohésion sociale, que les réformes du système fiscal qui pourraient se révéler nécessaires soient progressives.

Le monde continue de changer, et les systèmes de sécurité sociale doivent s’adapter. Or, les problèmes de sécurité financière et de santé auxquels sont confrontés les individus tout au long de leur parcours de vie perdurent. Si nous voulions donner une définition de la fameuse «nouvelle normalité», nous dirions probablement qu’il s’agit d’un sentiment d’incertitude plus grand – aux niveaux social, économique, politique et environnemental. Les systèmes de sécurité sociale ont un rôle important à jouer pour lutter contre cette incertitude et restaurer la confiance au sein de la société.

Comme les articles de ce numéro spécial de l’ISSR le soulignent, il est essentiel que les systèmes nationaux de sécurité sociale du monde entier continuent de soutenir la croissance inclusive et la cohésion sociale – pour contribuer à préserver le «contrat social».

Pour en savoir plus

ISSR. 2020. «Special issue: Social security, inclusive growth and social cohesion», International Social Security Review, vol. 73, no 3 (numéro entier).

Contact

Pour de plus amples informations sur le numéro spécial 2020 de l’ISSR, veuillez vous adresser à: Roddy McKinnon, rédacteur, International Social Security Review; mckinnon@ilo.org.